fem-net@lyon.unicancer.fr
Suivez-nous

FEM-NET

Réseau d'excellence clinique pour lutter contre les cancers de mauvais pronostic gynécologiques et mammaires.

Contactez-nous

1800

nouveaux cas de cancers du sein triple négatif métastatiques (CSTN) par an

3200

nouveaux cas de cancers gynécologiques localement avancés/métastatiques ou en rechute par an

 Survie globale à 5 ans : 20%

40% des femmes atteintes par un CSTN ont moins de 40 ans

Survie Globale à 5 ans

Cancer de l'ovaire au stade avancé ou métastatique : 30%

Cancer du col de l'utérus avancé ou matastatique : 20% 

Cancer de l'endométre avancé ou métastatique : 17%

CONTEXTE

Cancers du sein triple négatifs métastatiques

Le cancer du sein triple négatif (TNBC) représente 15% des cancers du sein métastatiques, avec environ 1800 nouveaux cas annuels en France. 

Les patients atteints de TNBC ont généralement une évolution clinique agressive et un pronostic défavorable en raison d'un grade histologique plus élevé et de l'absence de cibles moléculaires exploitables. La survie médiane des patients atteints de cancer du sein métastatique est courte, à environ 14 mois


Les enjeux

Cancers gynécologiques avancés/métastatiques ou en rechute

La survie des cinq cancers gynécologiques à mauvais pronostic (ovaire, col de l'utérus, endomètre, vagin et vulve) demeure faible malgré des améliorations, en particulier lorsqu'ils sont découverts à un stade avancé. Ces cancers sont souvent diagnostiqués tardivement, malgré diverses initiatives visant à promouvoir le diagnostic précoce par le biais de l'éducation des patientes, de directives (comme le Plan cancer), d'outils d'évaluation des risques et d'un meilleur accès aux tests diagnostiques. Cependant, nous n'avons pas la certitude que ces efforts ont réellement réduit la mortalité.

Pour améliorer cette situation, l'accès aux innovations thérapeutiques joue un rôle crucial, comprenant des essais cliniques spécifiques, des avancées chirurgicales et des techniques de radiothérapie novatrices. Le parcours de soin présente également des défis avec les délais de diagnostic, les variations dans l'expertise chirurgicale et les ressources biomédicales. Bien que la complexité des parcours de soin des cancers gynécologiques soit reconnue, l'évaluation des mesures à adopter reste délicate à définir à l'échelle nationale en raison des particularités régionales (offre de soins, contexte rural, diversité socio-économique, etc.).

Le réseau vise à optimiser les approches qui pourraient conduire à des diagnostics plus rapides, à l'accès à des parcours de soin appropriés et à l'intégration de l'innovation thérapeutique.

Les enjeux

Cancers de l’ovaire avancés et en rechute

Le cancer de l'ovaire est le 9ème cancer le plus fréquent chez les femmes en France, avec environ 5 320 nouveaux cas en 2020. Malheureusement, il se classe également à la 5ème place des cancers les plus mortels chez les femmes en 2020 (CIRC, 2021). Ce cancer est associé à un pronostic sombre, en particulier pour les femmes de plus de 60 ans.

Entre 1980 et 2000, l'incidence et la mortalité du cancer de l'ovaire sont restées stables chez les femmes de plus de 60 ans, avec environ 9 nouveaux cas pour 100 000 et 5,5 décès pour 100 000. Les diagnostics tardifs où les tumeurs se propagent largement voire métastasent, contribuent fortement à la mortalité. De plus, le manque d'innovations thérapeutiques récentes avec seulement deux nouveaux médicaments développés en 20 ans (anti-angiogéniques et inhibiteurs de PARP) aggrave la situation.

La survie à 5 ans pour ce cancer est en moyenne de 39 %, atteignant 83,5 % pour le stade IA, mais tombant à 14,3 % pour le stade IV. Malgré l'importance de la détection précoce, aucune technique de dépistage (imagerie, dosages sanguins, cellules circulantes, ADN libre, etc.) n'a encore donné de résultats significatifs. Les programmes internationaux de recherche, vu la rareté des cas, semblent être la meilleure voie pour progresser (le groupe GINECO participe à l'appel Horizon H2022).

Cancers du col avancés et en rechute

En 2018, le cancer du col de l'utérus a compté 2920 nouveaux cas en France, le plaçant comme le douzième cancer le plus fréquent chez les femmes. Son incidence a été réduite de moitié au cours des 35 dernières années, principalement dans les années 1980 grâce au dépistage précoce des lésions précancéreuses via les frottis. Cependant, en France, la couverture vaccinale contre ce cancer reste insuffisante et ne montre pas d'amélioration à venir contrairement à d'autres pays.

Le cancer du col de l'utérus est le seul cancer en France dont le pronostic s'est détérioré, avec un taux de survie à cinq ans passé de 68 % dans les années 1990 à 62 % aujourd'hui. Les symptômes sont rares aux stades initiaux avant l'apparition des lésions cancéreuses. Les patientes aux stades FIGO III-IV ont un risque de récidive de 39 % (III) à 75 % (IV). Ces stades représentent 44 % des cas de cancers du col utérin localement avancés. 

Jusqu'à présent, seulement deux innovations thérapeutiques (anti-angiogéniques et immunothérapie) ont contribué à l'amélioration de la survie des patientes au cours des 20 dernières années.

Cancers de l'endomètre avancés et en rechute

Le pronostic du cancer du corps de l'utérus dépend de multiples facteurs et les chiffres globaux ne reflètent pas la situation individuelle de chaque patiente. Les taux de survie à 5 ans varient selon le stade de la maladie : 30 % en cas de stade avancé et moins de 10 % en cas de métastases. En cas de récidive, la guérison est rare. Les stades précoces du cancer de l'utérus ont des taux de survie supérieurs à 80 %, mais cette moyenne ne tient pas compte des variations selon le stade, le grade et les caractéristiques spécifiques de chaque cancer.


Le carcinome endométrioïde est le type de cancer le plus fréquent. À un stade précoce (stades I et II), la guérison oscille entre 70 % et 90 %. Au stade intermédiaire (stade III), les chances de guérison chutent à 58 % à 47 %, et au stade avancé (stade IV), la survie à 5 ans est seulement de 17 %. Les carcinomes de l'endomètre non endométrioïdes sont moins communs (moins de 10 %) mais ont un pronostic sombre avec plus de 50 % de risque de récidive en raison de stades avancés fréquents. Pour les stades FIGO III-IV, la survie à 5 ans est de 34,2 % (III) et 17,3 % (IV) (Huang 2014 et al).